Claudio Arrau 1903-1991

Publié le par Mr Twils

Claudio Arrau - Pianiste Chilien


J'étais un tout jeune pianiste, quinze-seize ans, et je savais qu'il était vieux. Il était déjà celui que je préférais et je voulais le voir et surtout l'entendre avant qu'il ne soit trop tard. Il donnait un concert à Bruxelles ... j'habitais Paris, je n'ai pas pu m'y rendre. Il a disparu le 09 Juin 1991 à l'age de 88 ans, je ne l'ai jamais rencontré.


Vous ne connaissez rien à la musique classique ?  Vous ne savez pas reconnaître la différence entre Tartenpion-les-Oies et un grand concertiste ?


Ecouter les interpretations de Claudio Arrau ...

 


 

Sa Vie


Seigneur du clavier depuis son plus jeune âge, il fut l'un des derniers élèves de Martin Krause, lui même élève de Frantz Liszt, le grand compositeur du XIXeme siècle surnommé Le sorcier du piano ! Arrau était un Dandy et un Aristocrate dans l'âme, un artiste cultivé et un pianiste engagé : Dans l'art comme dans la vie, tout devait avoir un sens, tout devait être pensé, analysé. Chilien, il abandonna sa nationalité en 1971 pour protester contre la dictature en place; Il prit alors la nationalité Americaine. Il enchaina toute sa vie tournées mondiales et enregistrements du grand repertoire, les romantiques surtout - Beethoven, Chopin et Liszt - Curieux de tout, il s'interessa meme à la musique du XXeme siècle ...  mais il n'aimait guère Rachmaninov qu'il considerait à peine comme un compositeur de musique de film ... personne n'est parfait !! Consideré deja de son vivant comme un veritable genie, aucun pianiste d'aujourd'hui ne possède son aura.

 


Son art
 
Comme tout les grands, son jeu est fait d'économie de moyens physiques et mentaux : Ne jamais se fatiguer plus que nécessaire, libérer son corps pour mieux libérer l'esprit. Il travaillait la relaxation et pratiquait assidûment la psychanalyse, aide suprême pour arriver à une certaine sérénité. Il était doté d'une technique pianistique plus que parfaite et préférait étudier les oeuvres "dans la tête" avant de les aborder au clavier. Il obtint le son mâle et pur qu'on lui connaît en se servant du poids naturel du bras, de l'avant bras et de la main. Sur le plan de l'interpretation, il privilegiait les oeuvres imposantes, il aimait les architectures complexes - L'opus 111 de Beethoven, son cheval de bataille, en est un parfait exemple. Anti-virtuose par excellence, il cherchait toujours l'essentiel. - "Plus que le beau, seul le vrai est important" se plaisait-il à dire !! Il choisissait toujours ses tempi avec attention, son esprit etait present dans chaque note, d'où la densité de son jeu. Pianiste "comtemplatif", il n'est pas rare d'avoir les larmes aux yeux en l'ecoutant, vous voilà prevenus !!


A lire

 

  

 

Ou l'on decouvre un homme raffiné à l'intelligence aiguisé, un artiste complet.


 
Sur le Web
 
Patachonf
 
Piano Bleu
 
Arrau Heritage

 


Publié dans Musique

Commenter cet article