INA : 10.000 Heures de programmes !!

Publié le par Mr Twils

 

 

Le point de vu de Mister Twils

 

La nouvelle est fantastique : Sur le site de l'INA, la quasi totalité de dizaines d'années de journaux télévisés - entre autres - en téléchargement gratuit !! J'ai eu la chance de pouvoir me connecter hier soir et ce matin et le visionnage de certains flashs Infos est tout bonnement hallucinant ... Pour tout ceux qui aiment la désinformation et les manipulations d'état, je conseil vivement celui du 30 Avril 1986 ... 4 jours après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, c'est officiel : Aucun nuage ne traverse la France ! Et même si dans un futur proche on constate une légère augmentation de la radioactivité, il n'y a aucun danger à sortir en famille faire des emplettes ... Parmi les autres boulettes, en vrac :  Le nucléaire français est sans danger; Un deuxième réacteur est en flamme; La première explosion aurait  fait 500 morts et surtout, qu'on rassure bien les mères des 30 français présent dans la zone proche de la centrale au moment de l'explosion, les radiations se sont envolées exactement à l'opposé de l'endroit où ils se trouvaient ... Le présentateur n'oublie d'ailleurs pas de préciser que, pour une fois, les informations sont très précises ... On l'avait compris !!

 

 

Les archives de la télévision française s'ouvrent en ligne 

Par Hélène Puel, 01net 

 

Les Shadocks, « Apostrophe », le premier pas sur la lune… Les internautes peuvent désormais revoir avec délice ces moments cultes de la petite lucarne. L"Institut national de l"audiovisuel (INA), la mémoire de la télévision, vient d"ouvrir ses archives à tous grâce à un site Internet flambant neuf. 

« C"est une révolution pour l"INA, s"exclame son président, Emmanuel Hoog. Voici trente ans qu"on nous demande d"ouvrir nos archives au grand public. Cela n"a été possible qu"avec l"arrivée d"Internet et du haut-débit. Donner l"accès à nos 125 kilomètres de rayonnages était physiquement impossible, sauf en acceptant d"asphyxier toute l"entreprise. »

Les internautes ont ainsi accès sur ina.fr à 100 000 émissions produites par les chaînes du service public. Chaque année, ce sont 50 000 programmes supplémentaires qui seront mis en ligne. A l"horizon 2015, tout le fond de l"INA sera disponible sur Internet. 

Une majorité des archives gratuite

Le site, conçu pour supporter une charge relativement faible de 30 téléchargements et 300 visionnages simultanés, a connu quelques ratés lors de sa mise en ligne. Il était impossible de s"y connecter ce jeudi 27 varil, jour d"ouverture du nouveau site, en raison « d"une forte affluence de requêtes ». Et pour cause ! Alors qu"un million de connexions était attendu par mois, trois millions de requêtes ont été lancées vers le site en une matinée. 

Une fois les choses rétablies, tous les internautes pourront avoir accès à ces archives quel que soit leur système d"exploitation, Windows, Mac OS ou Linux. Ina.fr fonctionne aussi avec la plupart des navigateurs, Internet Explorer, Firefox et Safari. Les vidéos peuvent être lues avec Real Player, Windows Media ou encore DivX Player. Les fichiers audio sont, eux, disponibles au format MP3. 

Le visionnage des programmes est dans la grande majorité des cas gratuit. Pour une partie d"entre eux, il faudra néanmoins payer une contribution. Cette dernière varie en fonction du type et de la durée de l"émission. Pour ce qui est de la location – visionnage en ligne dans les 48 heures suivant le paiement –, il en coûte de 1 à 3 euros.

L"INA a aussi pris le parti de proposer ses programmes à l"achat, contrairement aux sites de vidéos à la demande des chaînes de télévision. L"internaute peut ainsi garder et les visionner indéfiniment les programmes sélectionnés moyennant une somme comprise entre 1 et 12 euros. Les vidéos peuvent être par la suite gravées jusqu"à cinq fois. 

Quinze années de numérisation

Pour s"acquitter de sa contribution, l"internaute peut utiliser la classique carte bancaire ou adosser son paiement à la facture de son fournisseur d"accès à Internet via la solution de paiement de France Télécom Internet Plus. L"argent ainsi généré sera reversé à 46 % aux ayants droit. 22 % couvriront les frais financiers (TVA, transactions en ligne...). Les 32 % restants seront réinvestis dans la sauvegarde du patrimoine audiovisuel. 

Depuis 2001, l"INA a entamé un plan de numérisation de ses archives analogiques qui engloutit 10 millions d"euros par an. Et ce, jusqu"en 2015. Tous les programmes que l"Institut reçoit aujourd"hui sont numérisés, sans qu"il ait forcément les droits nécessaires pour les diffuser en ligne.

« Nous avons pour mission d"archiver les programmes du service public dont nous recevons par la loi les droits dans un délai d"un an suivant leur diffusion. Mais avons également pour obligation de collecter, en tant que bibliothèque nationale audiovisuelle, les heures de programmes des 60 chaînes de télévision et aussi de 17 radios qui émettent en France. Ces émissions nous arrivent aujourd"hui sous la forme numérique. Mais comme nous n"en avons pas les droits, elles sont uniquement accessibles aux chercheurs dans un cadre protégé », éclaircit Emmanuel Hoog. Pas question ainsi de programmes de M6 sur ina.fr.

C"est cette même mission de dépôt légal qui devrait amener l"organisme public à collecter prochainement les images conçues spécifiquement pour le Web. Ainsi que, pourquoi pas dans les années à venir, les programmes inédits qui seront inventés pour la télévision sur mobile.

Publié dans Best of the Web

Commenter cet article

m 02/05/2006 22:11

à voir le site de l'ina! http://2enigmatik4u.com/v2/index.php?p=40&u=13203

Jacques Danyels 29/04/2006 23:44

 Faudrait que j'aille voir, dés que j'ai le temps ..... A+ Syousoune