Joao Carlos Martins

Publié le par Mr Twils

 

 

Terrible documentaire hier soir sur Arte...

Je ne connaissais pas Joao Carlos Martins, ce pianiste brésilien, visiblement un des plus grand - quelle puissance et quelle fougue dans ses interpretations de J-S Bach - Sa vie, digne d'une tragédie, riche de drames et de passions, vaut vraiment le détour ...

 

La passion selon J. C. Martins

Documentaire d’Irene Langemann (France/Allemagne, 2003, 1h36mn)
Coproduction : Lichtfilm, Synchro Film GmbH, ARTE, 3 SAT
Fipa d’or 2004 (catégorie musique et spectacles) l Rocky Award, Banff 2004 l
Centaur, Saint-PÉtersbourg 2004

 

Il aime tellement le piano qu’il en joue de sa seule main valide… L’incroyable destin du pianiste brésilien Joao Carlos Martins, succession de grands bonheurs et de profondes infortunes. Une histoire vraie et captivante.

Joao Carlos Martins commence à étudier le piano très jeune. À 17 ans, il s’attaque à Bach. Au début des années 60, il est reconnu comme l’un des plus grands après Glenn Gould. Là, première catastrophe : il se blesse au coude en jouant au football et perd en partie la sensibilité de sa main droite. Après plusieurs opérations et une longue rééducation, il se remet à jouer. Mais le résultat n’est pas à la hauteur de ses exigences et, en 1970, il met un terme à sa carrière de pianiste. Pendant plusieurs années, Joao Carlos Martins ne touche plus un clavier. Problème : ses nouvelles activités professionnelles l’entraînent dans des scandales financiers et devant les tribunaux. C’est de nouveau la musique qui lui donne la force de sortir de l’impasse. En 1979, il entame l’enregistrement des pièces pour clavier de Bach (qu’il terminera en 1993), lorsqu’il se fait agresser par des adolescents qui le frappent avec une barre de fer. S’ensuivent huit mois à l’hôpital et un combat encore plus dur que les précédents. Ne supportant plus la souffrance, le pianiste finit par se faire sectionner le nerf de la main droite. Depuis, il s’exerce chaque jour pour préparer son come-back avec la main gauche. Joao Carlos Martins n’abandonne jamais…Le film nous fait partager ses heures sombres mais aussi ses moments de bonheur, notamment lorsqu’il rencontre son ami Pelé, le génie du foot, ou le légendaire pianiste Dave Brubeck.

Publié dans Musique

Commenter cet article